Actualités

« Des fleurs pour les abeilles » édition 2018, La Fondation Prince Albert II de Monaco aux côtés de l’Observatoire Français d’Apidologie pour la préservation des abeilles. - 21/06/2018

Partout sur la planète des colonies d’abeilles s’effondrent dans des proportions importantes et anormales. Pesticides, parasites, pathologies et déficit de ressources alimentaires sont au banc des accusés. Consciente de l’enjeu majeur que représente le problème de la mortalité des abeilles, entrainant un déséquilibre avéré de la biodiversité, la Fondation Prince Albert II de Monaco s’est engagée aux côtés de l’Observatoire Français d’Apidologie dans le cadre de l’initiative « Des fleurs pour les abeilles, une planète pour tous, une responsabilité pour chacun ».  Destinée à sensibiliser le grand public ainsi que les décideurs quant à l’importance de protéger ces insectes pollinisateurs, la première édition de la campagne avait permis en 2017 de semer 100 000 sachets de graines mellifères représentant chacun 10m2 à travers la France.

Pour cette deuxième édition, qui s’est déroulée du 15 au 24 juin derniers, des sachets ont de nouveau été distribués afin de renforcer l’alimentation des abeilles durant l’été. Pépiniéristes, horticulteurs, fleuristes, jardineries se sont joints aÌ€ cette large campagne de mobilisation en faveur d’une espèce menacée d’extinction.

Les jeunes élèves de maternelle et de primaire des écoles monégasques ont été sensibilisés au travers de plusieurs actions menées conjointement par la Fondation Prince Albert II de Monaco et l’Observatoire Français d’Apidologie. Des sachets et livrets pédagogiques ont été distribués dans toutes les écoles, ainsi que lors de la semaine monégasque de sensibilisation des enfants à l’environnement, Monacology .

SAS Le Prince Souverain, très sensible à la protection des abeilles, s’est rendu jeudi 21 juin à l’Ecole maternelle du Parc, à Monaco accompagné de SE Monsieur Bernard Fautrier Vice-Président de la Fondation Prince Albert II de Monaco ainsi que de Thierry Dufresne, Président de l’Observatoire Français d’Apidologie. Une vingtaine d’enfants âgés de 4-5 ans a pu présenter au Souverain les travaux réalisés pendant l’année sur la thématique des abeilles : vidéo explicative, ruches construites par les élèves, robots abeilles. L’occasion de semer quelques graines avec les enfants dans le potager de l’école, préparé pour l’occasion,  aux côtés du Directeur de l’Ecole du Parc, Monsieur Joël Tchobanian, et de Mesdames Ghislène Gherardini, Professeur des écoles et Patricia Sartore, Assistante Maternelle.

 

Un avenir sans abeille aurait des conséquences dramatiques
Alors que près d’1/3 des récoltes mondiales dépend de la pollinisation, la disparition des abeilles serait un cataclysme pour la sécurité alimentaire mondiale. Comment, en effet, espérer nourrir notre population sans l’aide des pollinisateurs ? Car sans abeilles, il ne peut y avoir ni fleurs, ni fruits, ni légumes.

Si nous étions 2,5 milliards sur la planète, il y a 60 ans, nous sommes à présents 3 fois plus nombreux voire même 1 milliard d’êtres humains supplémentaires à horizon 2030. Les travaux menés par l’OFA visent ainsi à réduire le risque alimentaire, tant par l'augmentation de la productivité que de la production agricole et répondent ainsi à 2 enjeux majeurs planétaires. Il s'agit d'augmenter le nombre de ruches et donc le nombre d'apiculteurs tout en mettant à la disposition de ces apiculteurs les meilleurs outils de sélection dirigée et la formation à l'utilisation de ces outils.

La Fondation soutient les travaux de l’Observatoire Français d’Apidologie depuis 2016.

©Eric Mathon - Palais Princier
©Eric Mathon - Palais Princier
©Eric Mathon - Palais Princier